Opinion : 8 bonnes raisons pour ne pas être freelance en Afrique

Opinion : 8 bonnes raisons pour ne pas être freelance en Afrique

0

Beaucoup d’entre vous sont ici pour ce titre ou thème limite ‘’saisissant’’. De prime abord je compte décourager ceux qui sont déjà prêts à en découdre avec mon titre. Mon objectif ne sera pas de divulguer des idées négatives sur l’Afrique et le freelance, ça sera plutôt de préparer les nouveaux aux éventuels problèmes futurs et ceux qui y sont déjà à surmonter certaines difficultés dans ce milieu.

Aujourd’hui plus que jamais le mode de travail (Freelance) prend de l’ampleur à tel point qu’il est même adopté par des employés. pour d’autres il serait sans doute une solution IKIGAI !

Alors si jamais travailler depuis chez soi tout en faisant ce qui vous passionne avec la vision d’être libre et décontracté vous fait énormément rêver, je vous invite à prendre en compte certains paramètres.

Un Freelancer est son propre chef, certains le qualifient d’auto entrepreneur ou pseudo entrepreneur. Il est à la fois le comptable, le chef de projet, le prestataire de service, la secrétaire et même son propre commercial. Toutes ces casquettes ont un coût : Le surmenage et le stresse !

En plus de cela imaginez que celui-ci est un Freelancer ‘’ africain’’. Déjà avec cette nouvelle étiquette on lui tague déjà plein de stéréotypes infondés et discriminatifs.

Voici en 8 points certaines difficultés à surmonter au quotidien

1. Sous-estimation

Qui êtes-vous ? où avez-vous étudié ? Puis je voir votre CV ?

Des questions basiques limite banales et tout à fait légitimes d’être posées pendant un entretien par le client. Mais ces questions constitueront un problème imminent lorsqu’après cela, le client vous estimera par rapport à ce que l’Afrique renvoie comme message à la télé. Celle d’être peu outillée pour former et inapte à dispenser des formations de qualité à des jeunes pour se défendre dans le monde du travail.

Mon Conseil :

Le design graphique est une discipline qui mérite beaucoup de concentration. Aucun expert dans le monde ne doit son expertise à une école ou un professeur uniquement. C’est le fruit de beaucoup de travaux de recherches extrascolaires grâce à internet, les bouquins, les conseils et les erreurs. Donc ne soyez pas surestimé ou sous-estimé suite à un parcours académique. Ça reste et restera toujours une sorte de confirmation de votre expertise. Sinon votre véritable évaluation est le fruit de vos efforts ” Le portfolio ” et la confiance que vous ont porté vos anciens clients.

” C’est au pied du mur qu’on voit le vrai maçon pas à son accoutrement ”

2. Sous payé

Ils organisent un mariage, prévoient un budget pour la nourriture, le service et les artistes mais le photographe et le designer graphique de la carte d’invitation sont remerciés avec un budget plus ou moins imposé !

Alors certainement ” CANVA ” est une solution pour beaucoup de personnes, du coup certains osent mépriser le travail d’un designer graphique aujourd’hui. C’est tout à fait normal, nous avons affaire à des profanes. Mais le graphiste sollicité ne devrait pas subir les coups du sort et des ” Budgets serrés’’. En plus de cela en Afrique les difficultés de la vie créent des graphistes aux coûts inimaginables !

Estimez d’être payé plus ne suffit pas ! pourquoi devront t-ils le faire ?

Mon conseil :

Naturellement on accorde de l’importance à ce qui a de la valeur, donc être dans cette situation exprime clairement votre dévaluation aux yeux de votre client.

Exprimez et expliquez toujours votre travail et ce que rapporte un travail bienfait ! Tout le monde souhaite avoir un nouveau logo pour le nouveau business qu’il lance, tout simplement parce que tout le monde fait pareil !

Que souhaitez-vous comme réaction d’un individu pareil ?

3. Mauvais moyens de paiement

Spécialement en côte d’ivoire le phénomène des ” Brouteurs ” a jeté l’opprobre sur le pays et tous ceux qui y vivent ! Alors n’importe quel opérateur économique effectuant des transactions depuis la côte d’ivoire vers certains pays est victime de beaucoup de procédures et vérifications hyper longues et frustrantes pour obtenir ce qui lui revient de droit. Ce genre de situation complique les échanges avec les clients et frêne l’expansion du business.

J’ai réalisé plusieurs missions pour des clients partout dans le monde et à chaque fois au niveau du paiement l’histoire se complique.

Mon conseil :

Mieux vaut être très clair dès le début en signifiant le moyen de paiement le plus efficace selon vous, Pour éviter chemin faisant plusieurs troubles au niveau de cet aspect déterminant !

-“L’ouvrier mérite son salaire en plus de cela s’il est Freelancer, chaque moment, temps et effort compte parce que c’est ce qui constituera la récompense”

4. Ignorance professionnelle

L’ignorance est le plus vilain des défauts dans ce milieu Entre doublure, fausse promesse, tromperie et plagiat !

Les missions ne seront toujours pas les mêmes et les humains aussi ! Pour certains un Freelancer quelque part en Afrique est ” Une proie “, trop naïve et fauchée !

Mon conseil :

Ne jugez pas vos clients, mais soyez prêts à quoi que ce soit et à tout moment. Fiez-vous aux écrits : Contrats, messages explicites, briefs et cahiers de charge.

Essayez de formaliser tous les échanges. Certaines situations peuvent constituer de véritables problèmes. Il est aussi important de connaitre le droit intellectuel et tout ce qui peut vous donner une vague idée du monde du travail et ses interactions.

” Le coup fatal peut être donné à tout moment, ne dormez pas ! ”

5. Statut juridique

Nos états n’ont pas tous encore intégré correctement dans les écrits le statut ” Freelancer ” ou travailleur indépendant. Donc certaines interactions pour un contrat entre un prestataire et un client peuvent se voir annulées pour manque de documentation chez le prestataire. Néanmoins on arrive à contourner ce fait grâce au statut ” Entreprise individuelle ” qui à mon sens ne constitue pas totalement le Freelance mais qui peut être quand même utilisé.

Mon conseil :

Déclarez-vous devant les autorités en normalisant votre activité, cela apporte de la crédibilité et aussi une certaine valeur.

6. Scepticisme du client

Au-delà de vos prouesses, une nouvelle collaboration annonce toujours ce moment d’incertitude à votre sujet ! Certains clients vous feront pleinement confiance suite à tout ce qu’ils ont vu et entendu de vous, tandis que d’autres agiront comme des ” thomas ” ^^.

Jeûne créatif, 23 ans et directeur artistique … Mais africain sont des indicateurs d’incohérences et de questionnements perpétuels !

C’est tout à fait normal !

Mon conseil :

Connaissez-vous la citation ” Vous n’aurez jamais une deuxième chance de faire une première bonne impression ? ” elle marche bien dans ce sens.

Tout devra se jouer au premier contact, pas de messages de relance ni de rappels supplémentaires. Le client devra faire un retour sur finalement ce qu’il a décidé de choisir. N’influencez pas ses décisions par votre présence et autres, c’est bien d’être sociable et disponible mais dans un premier temps vendez votre expertise. Comme cela, s’il arrivait que le client revienne vers vous, ça serait justement pour ce que vous valez plutôt qu’autre chose.

7. Le portfolio moins côté

As-tu déjà travaillé pour une grande entreprise ?

Aujourd’hui et maintenant si vous étiez complexé par cela je vous apprends la bonne nouvelle, cela ne sert absolument à rien ! La plupart des clients valorisent un background rempli d’entreprises réputées, Alors que cela ne déterminera jamais l’efficacité d’un graphiste au détriment d’un autre. bien qu’il soit un avantage.

Mon conseil :

A défaut de tous ces trophées, vendez le savoir-faire. Votre objectif est de faire communiquer efficacement votre client par des visuels significatifs ! Donc axez l’intérêt du client sur ce qu’il a à gagner s’il vous choisissait ! En toute chose optez pour la pédagogie ! Parlez de votre processus, mission, objectif …

8. Expérience professionnelle zéro

Un parcours professionnel en entreprise est un atout de vente majeur parce qu’il servira à vendre votre expertise. Cela est très demandé dans le milieu et surtout par les clients.

Cela dit, rien ne mentionne que l’expérience devra être toujours assimilée à un parcours en entreprise. Il est possible de considérer les nombreuses missions et projets réalisés comme des expériences par type.

Mon conseil :

N’associez pas intentionnellement votre image à une entreprise pour vous crédibiliser. C’est une farce qui vous rendra dépendant d’un autre élément.

Chaque mission réalisée est une expérience de plus à votre tableau, vous apprenez de nombreuses choses à chaque prestation. Contrairement au système en agence, vous savez gérer les projets, évaluer la durée, établir les missions et exécuter. C’est une véritable organisation qui est mise en place. C’est pourquoi vous devriez valoriser toujours votre travail !

Via  Samuel Lago  ( Directeur Artistique, Brand Identity & UX – UI Designer )
About author
Anabelle

Your email address will not be published. Required fields are marked *