Marie-Catherine Koissy se lance en politique et se présente aux législatives de 2021

Marie-Catherine Koissy se lance en politique et se présente aux législatives de 2021

0

Marie-Catherine Koissy se lance en politique. Invitée de « femme à l’honneur », du 09 Janvier 2021, une lucarne initiée par la plateforme des consœurs, la directrice de Cocody FM s’est livrée sans ambages aux questions des femmes journalistes. M.C Koissy a confirmé lors de cet entretien son entrée sur la scène politique ivoirienne par sa candidature aux législatives de mars 2021. Elle s’est également exprimée sur le harcèlement des femmes. Morceau choisi !

Qui est Marie-Catherine Koissy ?

Marie-Catherine koissy est une dame de 57 ans, passionnée de communication, de radio.

Vous êtes journaliste et maintenant vous vous lancez en politique, qu’est-ce qui vous y attire ?

Une volonté de participer plus concrètement au développement de mon pays.

Vous vous lancez en politique pour le développement de votre pays. Faut-il comprendre que vous êtes candidate aux prochaines législatives ? Si oui, dans quelle circonscription électorale ?

En effet les prochaines législatives m’intéressent. Souffrez que je ne dise pas encore la circonscription. Vous le saurez d’ici quelques jours. Avec mon staff nous sommes en train de finaliser les choses et je vous informerai.

Et comment comptez-vous vous y prendre pour le développement ? En d’autres termes que comptez-vous mettre en œuvre ?

En étant à l’écoute des populations, il est possible de faire fermement des propositions de lois à voter à l’Assemblée Nationale et ainsi de voir changer beaucoup de choses entre autres.

Marie-Catherine Koissy, a-t-elle déjà flirté avec la politique ou c’est la toute première fois?

Personnellement c’est la première fois.

Pourquoi décider maintenant de vous présenter à des élections ?

Parce que c’est maintenant que je me sens prête psychologiquement, intellectuellement, professionnellement. Je suis une fille de parlementaire. Mon père a été le premier députe de Bocanda de 1960 à 1985 je crois et vice-président à l’Assemblée Nationale .J’ai grandi dans cet environnement.

Vos objectifs en réalité ?

Aujourd’hui j’ai envie de me présenter aux législatives et participer au changement dans mon pays. Un député reste à l’écoute des populations. Il propose le changement en faisant voter des lois qui peuvent satisfaire les populations et concourir à leur bien-être.

N’avez-vous pas peur de vos adversaires hommes/femmes sur le terrain ?

Si j’ai peur et c’est normal. C’est un nouveau challenge! Je me présente en indépendante. C’est un challenge ! On m’a parlé de moyen financier entre autres que je n’avais pas, de soutiens, de relations…

Quelles sont vos forces mais aussi vos faiblesses selon vous?

Je rentre en politique sans un père milliardaire derrière moi. Je rentre en politique sans une famille unie derrière moi. Je rentre en politique sans un mari à mes côtés…C’est vrai ce sont des faiblesses. Mais j’ai avec moi mon intégrité, mon courage, mon expérience, mes idées… Ce n’est pas rien ! Et puis qui ne risque rien n’a rien ! On y va alors!

Selon des indiscrétions, vous êtes une candidate déguisée du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à Cocody. Votre père, (paix à son âme) était PDCI ou proche du PDCI). Vrai ou faux?

Déguisée? Non. Je ne suis pas militante du PDCI. Mon père était Pdci, ma famille est certes PDCI fondamentalement. Mais je suis MOI. Avec mes propres convictions, avec ma propre histoire ! Je joue là ma carte! Non celle de ma famille!

Avez-vous un modèle en politique ? Un homme ou une femme qui fonde votre engagement et conforte votre détermination ?

Je n’ai pas de modèle spécialement. J’ai mon père pour modèle, cet homme politique ivoirien qui a donné beaucoup à son pays en tant que député.

Quelle loi proposerez-vous une fois à l’Assemblée Nationale ?

Soyons élue d’abord et nous nous mettrons au travail pour proposer des lois.

A votre avis, pourquoi les femmes sont très actives dans les sections locales des partis politiques mais peinent à pouvoir s’élever dans la hiérarchie politique ?

Je pense sincèrement que c’est culturel. Mais de plus en plus de femmes comprennent qu’elles doivent être plus audacieuses, plus courageuses. Vous savez c’est aussi une question de génération. Les jeunes femmes de nos jours sont de plus en plus audacieuses ambitieuses, et fortes.

Sous quelle bannière politique vous présenterez-vous?

Je me présente sous la bannière indépendante.

Vous avez eu plusieurs vies: mannequin, enseignante, journaliste et aujourd’hui directrice de Radio. Avez-vous été confrontée au harcèlement sexuel ?

Ouiiii hélas oui.

Peut-on en savoir davantage ? Comment avez-vous réagi face à cette situation ?

Une harcelée a le pouvoir de dire non! J’ai toujours usé de ce pouvoir. Toujours. Dès que je suis harcelée sexuellement je m’en vais. Un homme qui vous harcèle pour vous rendre un service ou autre c’est un goujat ! Moi, Dieu merci, j’ai toujours eu le choix

Pouvez-vous être un peu plus explicite sur votre choix de partir dès que vous êtes sujette au harcèlement sexuel. Beaucoup de femmes, ne savent pas souvent s’y prendre et perdent leur emploi ou vivent des situations inconfortables. Pouvez-vous leur parler d’un cas concret ?

Je dis toujours qu’une femme qui a faim peut flancher et se compromettre en cédant aux harceleurs. Dieu merci je n’ai jamais eu faim au point de me compromettre. Quand une femme ne veut pas céder aux harceleurs, elle dit non et s’éloigne. Quitte à vivre dans la pauvreté et à revoir à la baisse son niveau de vie. Il faut que les femmes soient plus courageuses afin de garder leur dignité ! Elles ont le droit de dire non.

De toutes les expériences, quelle est celle qui vous a donné le plus de bonheur ? Quand Bernard Tapie dit qu’il préfère le bonheur à la réussite ?

Toutes mes expériences m’ont apporté énormément. Dans ma vie j’ai tout fait par étape et j’ai toujours eu beaucoup de bonheur à le faire car. J’ai toujours été au-delà de mes « handicaps « , toujours. Persuadée que « c’est la seule façon de vivre un bonheur de grand style sans commune mesure avec le bonheur léthargique de l’épicier « comme le disait nietzsche le philosophe allemand.

Marie Catherine Koissy on parle d’autonomisation de la Femme, de la protection de la femme, de zéro VBG… Qu’en pensez-vous? Quels moyens pour atteindre ces objectifs ?

Absolument. Ce sont des sujets intéressants et importants. La femme doit être éduquée, sensibilisée dans ce sens. Elle doit être autonome pour mieux participer au développement de son pays. Qui mieux qu’une femme qui l’a compris, peut expliquer aux autres femmes la pertinence de l’autonomisation ?

Votre carrière vous a-t-elle laissé des plaies, des regrets, des choses que vous croyiez faire à l’endroit qui finalement ont été faite à l’envers ?

Oui et c’est normal ! Mais en tout cas toutes ces choses négatives n’ont pas enlevé la passion de la communication, la passion de la vie. Je suis assez contente de ma vie professionnelle.

Qu’attendez-vous de vos consœurs dans ce projet (législatives)?

De mes consœurs j’attends une solidarité évidemment.

Propos retranscris par Raissa Yao

About author
Anabelle

Your email address will not be published. Required fields are marked *